vitrine votre compte votre panier
Actuellement 50404 livres en ligne, 60000 livres en librairie
nous achetons contacts calendrier alerte
« Paris de Nuit » immortalisée par Brassaï et Morand (1933)
Chez Abraxas et à Bécherel, l’été sera… noir!

"Ceci arriva certain soir d'hiver, il y a plus d'un an." Ainsi commence l'un des plus beaux romans de Maurice Renard, le père du merveilleux-scientifique (très belle traduction du terme anglosaxon science-fiction) à la française.

Docteur Lerne

Son "Docteur Lerne" est l'un des premiers savants fous du genre, qui s'adonne à des greffes animales, intervertissant jusqu'aux cerveaux et de ce fait les personnalités de ses patients... Dédié, comme il se doit, à H.G Wells, son roman ouvre les portes de la littérature conjecturale, et offre un regard critique sur notre monde.

"Je ne suis plus assuré de rien, nous dit le héros du livre. Les figures me semblent des masques. Peut-être aurais-je pu m'en apercevoir plus tôt, mais il est certaines gens dont la physionomie reflète une âme inverse de la leur. D'autres, vertueux et probes, dévoilent furtivement des vices imprévus et des passions inopinées, effrayants comme un prodige. Ont-ils aujourd'hui leur âme d'hier ?"

Cette vision pessimiste de l'homme est l'un des points communs les plus répandus chez ces auteurs. L'arrivée du tout-scientifique qui se voulait la mort des Lettres (et des Humanités à l'Humanité, il n'y a q'un pas...) donnait à leur analyse une touche d'un rare pessimisme sur l'avenir de l'homme, comme l'analyse merveilleusement bien Serge Lehman dans les articles qu'il consacre à la question.

Ce n'est donc pas étonnant de retrouver cette analyse chez Jacques Spitz. Ayant commencé ses armes sous une bannière surréalisante (avec des titres comme La Croisière indécise ou Le Vent du monde), cet auteur a exercé sa plume dans la droite ligne de Maurice Renard, portant la même vision pessimiste et cynique sur le monde.

La Foret des Sept Pies

"Le danger de devenir idiots n'est pas de nature à effrayer les hommes, car, à tout prendre, ça ne les changera pas beaucoup."

Après des grands romans purement ancré dans le merveilleux-scientifique, comme La Guerre des mouches ou L'Homme élastique, Jacques Spitz a pu livrer à la fin de sa vie quelques magnifiques romans, d'une maîtrise impressionnante, et à la touche fantastique très subtile, comme son beau et trop peu connu roman La Forêt des Sept-Pies.

 


Accueil
 | 
Recherche avancee
 | 
Vitrine
 | 
Votre compte
 | 
Contact
 | 
Vendez vos livres
 | 
Calendrier
 | 
Blog
 | 
Mentions légales
 | 
CGV
 | 
Charte